Lexiphone

Lexiphone : appareil électronique utilisé dans la pratique de la sémiophonie. Des particularités essentielles de l'appareil sont la production d'un bruit blanc, nommé son paramétrique, et la possibilité de manipuler la chaîne parlée afin de permettre la perception d'éléments essentiels comme les syllabes ou encore les phonèmes. Il est à noter que les possibilités du Lexiphone peuvent également être exploitées sous forme de logiciel.

Son paramétrique

Son paramétrique : son électronique pur dont les paramètres sont déterminés et réglables. Ce son varie en fonction du son « attaquant ». Celui-ci provient soit d'un enregistrement, soit d'un micro placé devant la bouche du patient, soit d'un micro placé devant la bouche du thérapeute. En l'absence de son modulateur, le son paramétrique se situe dans la zone des ultrasons, ce qui signifie concrètement qu'il est inaudible. Pour qu'il puisse être entendu par le patient, il faut qu'il module, c'est-à-dire qu'il se déplace en direction des graves, franchissant la limite des ultrasons. C'est précisément ce qui se produit lorsque l'on recourt à un son modulateur. Le son paramétrique fonctionne donc en soulignant la forme intonative du langage enregistré ou produit par le sujet lui-même. Ainsi la paramétrie constitue-t-elle la signature intonative de la langue, occultant dans un premier temps l'aspect sémantique. Le son paramétrique souligne donc la musicalité de la langue en permettant de confronter directement le sujet à l'une des dimensions fondamentales du langage qui, depuis le début de sa vie, est devenue inconsciente. De plus, il produit un effet renforçateur sur la boucle audio-phonatoire.

Isi Beller

Médecins-phoniatre et psychanalyste. Au contact de nombreux patients en difficulté d'apprentissage, le Docteur Isi Beller met au point la sémiophonie au début des années 70. À ce jour, le docteur Beller et son équipe pluridisciplinaire travaillent à Paris et rééduquent les patients dyslexiques par la méthode sémiophonique.


 

Automatismes élémentaires

Automatismes élémentaires du langage : ils sont la composante de deux paramètres :

- d'une part, la mise en place de l'articulation ;

- d'autre part, la mise en place de la rythmique prosodique.


 

Conscience phonologique

Conscience phonologique : conscience de toute unité linguistique (syllabes, rimes, phonèmes). Elle permet des opérations mentales sur le langage parlé comme, par exemple, la segmentation des mots en syllabes, la reconnaissance de la rime d'un mot, la suppression du premier phonème d'une syllabe, ...

Alternance

Alternance : produite par le Lexiphone, elle permet de "couper", à intervalles réguliers réglables, la voix que le sujet entend dans les écouteurs. Ce dispositif permet de réintroduire progressivement des ébauches de signification en attirant l'attention du sujet sur les composantes syllabique, phonémique, morphologique et lexicale du langage oral. Elle permet également à l'enfant de prendre conscience de l'unité du mot.


 

(image d'un texte écrit par un enfant)

Exemple de cet enfant dyslexique, 8 ans - en troisième année primaire - qui tente d'écrire « les vendeurs bavards posent des marchandises sur les étalages. Nous sentons l'odeur des fleurs. > L'importance de ses difficultés dans la tâche de scission des mots par unité de sens est ici clairement perceptible.


 

Désémantisation

Désémantisation : artifice imaginé par le Dr Beller qui permet, tout en travaillant sur le langage, d'oublier dans un premier temps son aspect sémantique. Il s'agit du son paramétrique. On a donc un son qui a à voir avec du langage, qui est en quelque sorte du langage mais qui est dépourvu de sens.


 

Principes de base

- rééduquer la dyslexie passe nécessairement par la restauration d'une bonne conscience phonologique ;

- il est primordial de ramener le patient au point en deçà duquel le langage a commencé à devenir un élément significatif ;

- le sujet dyslexique est détourné de la situation conflictuelle ;

- il s'agit d'intégrer les automatismes suffisants de lecture afin de libérer les facultés cognitives.


 

Dysorthographie

La dysorthographie est un trouble de l'orthographe :

- qui découle souvent mais pas toujours de la dyslexie ;

- dans le cadre duquel le sujet ne parvient pas à acquérir une bonne orthographe malgré des conditions d'apprentissage normales. Une analyse qualitative permet de différencier un simple retard de l'apprentissage d'une dysorthographie réelle (inversions, confusions de sens,...).

LEXIQUE

Contactez-nous pour en savoir plus...

A.L.S.B © 2017 Tous droits réservés